Il y a deux types de fibres

Comme vous l’avez déjà vu, il y a deux types de fibres, les fibres libériennes et les fibres internes, qui sont utilisées pour des applications très différentes.

 

En règle générale, les fibres internes, qui ressemblent à des copeaux de bois, sont destinées à des utilisations « de bas de gamme », comme la literie ou le béton de chanvre, tandis que les fibres extérieures sont destinées à des marchés plus exigeants, qui rapportent plus et qui sont plus complexes du point de vue technique. Une analyse économique pour le développement du secteur de la fibre de chanvre indique que les deux types de fibres doivent être produits et vendus en parallèle. Par conséquent, la croissance des marchés pour les produits bas de gamme doit se développer au même rythme que le marché pour les produits de plus haute gamme.

Aux niveaux de production actuels, la fibre de chanvre, du point de vue économique, ne peut pas concurrencer les autres fibres résiduelles, comme la paille ou le bois, pour créer certains produits, comme des biocarburants et des panneaux de fibres. La valeur du chanvre sera vraisemblablement d’abord reconnue dans les produits techniques, qui exigent une qualité de fibre spécifique, par exemple pour remplacer la fibre de verre pour la fabrication moderne.

La meilleure qualité de fibres provient des plantes cultivées pour la production exclusive des fibres et qui ne produisent pas de graines. La production de chanvre à utilisation double, impliquant la récolte simultanée des fibres et des graines de la même plante, peut sembler séduisante pour les producteurs de variétés oléagineuses ou de grains, mais ils ne pourront peut-être pas distribuer leurs produits dans les marchés haut de gamme.


L’évaluation de la fibre de chanvre peut varier de 50 $ à 500 $ et plus la tonne, en fonction de la qualité.


Un des défis de l’industrie moderne du chanvre, c’est qu’en raison de son interdiction passée, ce secteur n’a pas reçu le capital et le temps nécessaires pour développer les infrastructures de transformation de la matière première en une matière première qui puisse être exploitable. Nous avons donc beaucoup de retard à rattraper par rapport à d’autres ressources.