La production de fibre inclut des problématiques et des procédés uniques, notamment :

Le rouissage

Le rouissage, c’est le procédé qui consiste à séparer la fibre libérienne extérieure et les fibres internes du chanvre. Forme de décomposition biologique contrôlée, le rouissage est une procédure pratique pendant laquelle on laisse les fibres en andains dans les champs, puis on les retourne pour que leur décomposition soit uniforme. Le rouissage affaiblit les liens chimiques de la fibre, ce qui en facilite la décortication. Le rouissage à base d’enzymes et celui à base d’eau sont deux autres méthodes utilisées dans cette industrie. Si le rouissage est médiocre, les fibres peuvent être de mauvaise qualité et le rendement moins bon, ce qui constitue souvent un défi pour les nouveaux producteurs.

La décortication / la séparation des fibres

Une décortication de bonne qualité, c’est un procédé qui pose également plusieurs défis, mais des recherches sont en cours pour développer des machines et d’autres méthodes qui permettraient de réduire les coûts de ce procédé généralement mécanique. D’autres méthodes de décortication possibles incluent : explosions de vapeur, détergents, pression et ultrasons. La qualité de la séparation des fibres détermine les marchés de distribution. Les usines les plus importantes de décortication sont situées en Europe.

Normes

Toutes les fibres ne naissent pas égales. Les utilisateurs finaux veulent des fibres qui correspondent à des paramètres spécifiques pour pouvoir les utiliser, par exemple : leur longueur, leur propreté et leur module. En ce moment, il n’y a pas de normes pour le secteur, donc, en pratique, les normes pour les fibres sont développées entre les personnes qui les transforment et les personnes qui les utilisent.

Logistique

Les balles de chanvre sont volumineuses. C’est pourquoi l’économie limite la distance de transport entre le champ et l’unité de transformation. Par ailleurs, d’un point de vue financier, la distance entre le champ et l’usine est restreinte.
La récolte, le transport et l’entreposage des fibres peuvent grandement influencer leur qualité et le rendement final de la plante. Les usines de transformation du chanvre doivent également évaluer les ressources terrestres sur lesquelles la fibre est exploitée.